L’évolution permanente des besoins des entreprises requiert une capacité d’adaptation réelle du secteur éducatif, en l’occurrence celui de l’enseignement technique. Cette harmonisation entre dans le cadre d’un processus d’équilibrage entre l’offre et la demande de travail sur le marché de l’emploi.

Un rapprochement utile entre le système éducatif appliqué dans les enseignements techniques et les besoins des entreprises

Il est évident que la compatibilité entre le monde professionnel et le système éducatif dans l’enseignement technique devrait être la priorité du Gouvernement afin de rendre plus fluide l’intégration des jeunes dans le monde professionnel. Au cours de leur période de stage, les enseignants ont un rôle de premier plan à jouer dans les démarches d’appui aux élèves. Le but est de concocter un modèle éducatif capable de former le salarié de demain en établissant des méthodes d’enseignement pragmatiques qui favorisent l’acquisition de connaissances. Pour faire face aux difficultés d’adéquation entre l’éducation et l’emploi, une fructueuse collaboration devrait être mise en place entre les entreprises et les entités (publiques ou privées) spécialisées dans l’enseignement technique. D’ailleurs, le dynamisme économique actuel de l’Union européenne rend les entreprises capables d’allouer aux établissements de formation, des moyens de professionnalisation et des méthodes de travail à la hauteur des exigences du marché en matière de compétence.

Pour que les attentes entre les deux parties (étudiants et patrons d’entreprise) soient réciproques, l’orientation professionnelle est de mise. En effet, il n’est pas rare de voir des jeunes étudier dans une école d’enseignement technique alors qu’ils n’ont aucune idée de ce qu’ils vont faire plus tard. Ils sont en quelque sorte formés pour des emplois qui n’existent pas encore. Qui plus est, le développement du numérique est l’un des facteurs accélérateurs de la mutation des besoins des entreprises. Cela dit, en plus de la flexibilité des programmes de formation, les élèves ont aussi besoin d’être au parfum des dernières prouesses technologiques. Or, les politiques éducatifs sont des politiques de long terme, ce qui nécessite l’intervention de l’État.

Quels sont les dispositifs efficaces pour arriver à un tel objectif de rapprochement ?

Comme évoqué plus haut, l’État doit rester un interlocuteur de proximité pour les acteurs concernés en organisant régulièrement des opportunités d’échanges réels (conférences, foires, etc.) et virtuels (réseau de discussion collective pour favoriser les échanges d’expériences et de savoir-faire). Dans cette optique, le Medef tente à tout prix d’établir un climat de confiance en proposant aux étudiants des stages d’immersion en entreprise. Effectivement, certaines méthodes couronnées de succès permettent de façonner la mentalité entrepreneuriale des élèves dans un scénario réel.

Par exemple, pour une entreprise amenée à établir un processus de production quelconque (assemblage de composants électroniques sous-traités, emballage de produits alimentaires, etc.), le manager peut organiser des descentes sur terrain dédiées aux élèves en cours de formation afin que ces derniers puissent travailler en équipe dans l’établissement d’un manuel de procédures valable pour toutes les chaînes de production. Cette technique va les inciter à mettre en pratique les connaissances acquises dans une perspective de créativité permanente. Pour cela, certains dossiers spécifiques doivent être disponibles, notamment une nomenclature des produits, des fiches de stocks, des données liées aux commandes, etc.